Zenhyr se cala confortablement dans la chaise à bascule et relâcha tous ses muscles endoloris. Une longue expiration tassa l'Elfe noir dans le siège, tandis qu'il laissait son regard suivre les flammes qui crépitaient doucement dans l'âtre.

Ca y est, l'emménagement dans La nouvelle Maison des Compagnons était terminé. Cela avait été une tâche prenante et fatigante, bien que passionnante. Les Compagnons trouveraient dorénavant plus de place lors de leurs passages à Solitude, et davantage de confort, même si la volonté des résidents avait été de ne pas mettre en place un cadre trop bourgeois. Il fallait que cela convienne à des Aventuriers.

Le Dunmer sourit en repensant à certains moments de l'installation. Rog avait régulièrement râlé, c'était incontournable, notamment lorsqu'il avait été question d'utiliser certains objets qui n'étaient pas de facture Nordique, même si ceux-ci étaient minoritaires dans la Demeure. Et surtout, il s'était farouchement opposé à cette idée d'agrémenter la cour avec des Statues représentant les différentes races de Tamriel. Aprés moult discussions avec Coeur-Droit et lui, il avait enfin fini par reconnaître, à défaut de comprendre réellement que l'idée avait peut-être du bon, et surtout du vrai. 
Tamriel était cosmopolite, n'en déplaise à beaucoup. Les différents peuples de Nirn avaient toujours beaucoup voyagés, et s'étaient par là même souvent mélangés. La Compagnie en était l'exemple même.
Et l'idée de Coeur-Droit était bonne, de sculpter différentes statues en s'appuyant sur les récits contés par les membres de la Guilde de passage à Solitude. L'Argonienne vouait une véritable passion pour le travail de la pierre, c'était en partie ce qui l'avait amené à quitter le grand Marais. Elle avait consacré des dizaines d'heures à ce travail, veillant tard dans la nuit, afin que tout soit prêt dans les temps. Et le résultat était à la hauteur de ses espérances. Même si Rog, pour sa part, avait maugréé une fois de plus en disant " Bah pour sûr, l'côté droit d'la Cour y m'verra que dalle !  Le Nordique s'était même installé un petit banc dans la partie gauche, devant les représentations d'Ysgramor et du Scalde.

Quelques Blasons du Pacte décoraient l'intérieur de La Maison, mais de façon assez discrète. La Guilde avait certes prêté Allégeance à Coeurébène, et s'y tenait, mais les Compagnons avaient assez bourlingué sur les Terres de Tamriel pour avoir compris que de nombreux dangers menaçaient ses populations, et qu'il était stupide en sus de cela de s'entretuer entre Peuples. Leur quotidien dans les plus sombres recoins de Nirn les occupait déjà bien suffisamment.

Zenhir étendit ses maigres jambes, appréciant la douce caresse du feu sur ses orteils. Il accorda un coup d'oeil au petit coin réservé à l'Archiviste, une simple Bibliothèque Nordique et une table basse, sourit de plénitude, et ferma les yeux.




...


Cœur-Droit  leva la tête vers la fenêtre de l’étage où se reflétait la lueur mouvante d’un feu de cheminée. Zenhyr profite de son nouveau foyer, se dit l’Argonienne en souriant. Dans la pénombre de la nuit tombante, elle faisait une dernière fois le tour de la cour, pour vérifier que les statues avaient été bien installées, orientées selon ses vœux et convenablement calées. Tout était prêt bien sûr, mais elle ne pouvait résister à l’envie de contempler son œuvre, fruit de tant d’efforts depuis des mois.

Tout le monde n’avait pas apprécié ses choix, en particulier le Nordique ronchon qui ne supportait pas l’idée qu’on puisse rendre hommage à d’autres peuples qu’au sien. Cœur-Droit lui avait bien conseillé un pèlerinage au Marais Noir pour laisser l’Hist purifier son âme des sombres pensées qui la rongeaient, mais il avait balayé cette suggestion pourtant excellente d’un grand geste du bras assorti d’une mine dégoûtée…

Elle sourit encore en voyant le petit banc que le Nordique avait installé devant la statue d’Ysgramor, juste à côté de celle du Scalde. Ainsi placé, il pouvait pratiquement tourner le dos à la statue du fier Rougegarde, ainsi qu’à celle du grand Gardien bréton de Cath Bedraud en Glenumbrie. « L’espoir de Fendretour », une flamme qui brille éternellement dans son écrin de pierre, restait bien dans son angle de vue mais au moins elle n’avait pas de visage étranger. En revanche, la statue de l’antique Haut Elfe qui se dressait  à côté de celle du Bréton lui avait arraché un juron, tandis que le majestueux lion figurant les légendes de Rajhin avait suscité une moue dubitative. Heureusement, le loup qu’elle avait sculpté pour rendre hommage aux terres du Nord lui avait valu un compliment bourru mais sincère.

Toutes ces légendes que lui avaient racontées les Compagnons sur les contrées lointaines où les avaient menés leurs aventures la faisaient rêver et avaient nourri sa passion de toujours pour le travail de la pierre. En sculptant ces grandes figures de Tamriel, elle avait, elle aussi, voyagé au pays des Lunes et dans les sables d’Alik’r.

Ses pas silencieux la conduisirent dans un petit coin de la cour qu’elle aimait bien, elle s’agenouilla dans l’herbe et alluma un vieux morceau de bougie pour se recueillir…